La Palombière, une maison nichée entre vignes, champs et richesses historiques...

Vézelay est unique, mais le joyau qui se trouve ici a essemé un peu partout autour et la région est magnifique de toutes parts...

Villages, clochers, rivières, histoires, châteaux, grottes, lacs...devront être des passages obligatoires après la Basilique. 

 
Vézelay is unique but the jewel has founded a legacy around itself, the region is filled with magnificient churches, rivers, castles, lakes, caves, etc...which should be on your journey tour after the Basilica
La Vigne

La présence de la vigne à Vézelay remonte à l'époque gallo-romaine (fin du 1er siècle - début du 2ème siècle après J.-C.) A cette époque, la citoyenneté romaine a été largement donnée, accordant ainsi les droits de plantation qui lui étaient liés. Les vestiges d'un temple dédié à Bacchus ont été découverts sous l'église Saint-Étienne à Vézelay. Un sarcophage recreusé dans une colonne romaine décorée de pampres et de grappes a été mis à jour à Asquins.

 

A la fin du 9ème siècle, l'implantation d'un monastère de Bénédictins par Girard de Roussillon a donné un essor au vignoble. Dès le siècle suivant, l'abbaye de Vézelay devient un grand centre de pèlerinage et le départ d'un des chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Le domaine de l'abbaye s'étend sur la rive droite de la Cure.

 

La viticulture princière, stimulée par l'habitude des réceptions et le désir de prestige, se développe aux 14ème et 15ème siècles. Le Duc de Bourgogne possède son propre domaine au lieu-dit "Le Clos des Ducs".

 

Par chemins, à travers bois ou par voies d'eau, en empruntant la Cure à partir de Saint-Père, puis l'Yonne, le vin de Vézelay voit son commerce se développer sur Paris où Vauban, originaire de la région, note sa présence dans ses écrits.

 

Pour approvisionner la capitale en vins où la Bourgogne est à la mode, la production progresse et atteint son apogée au 18ème siècle. Le seul village d'Asquins compte alors 190 hectares. Le finage de Saint-Père en possède 330. A Tharoiseau, chaque foyer exploite quelques arpents de vigne, la vente de vin étant la seule source de revenu.

Sous les remparts de Vézelay il n'est pas un seul endroit où ne croisse la vigne.

 

C'est alors que le phylloxera arrive dans l'Auxerrois en 1884 et le vignoble de la région disparaît.

 

Le réencépagement en plants de qualité date de 1973. L'origine en est la volonté du conseiller général de cette époque, Monsieur Paul Flandin qui avait à coeur de reconstituer le vignoble de Vézelay. Il réussit à réunir quelques fonds afin de planter, dans le milieu des années 70, une vigne témoin de deux hectares sur la commune d'Asquins.

© 2015 by Clo Nollet.